Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chant'Appart sur L'Impératif n° 2

(...)

Côté artistes, même démarche et même trac.

On quitte le mystère des salles obscures, les métamorphoses intérieures et palpitantes que permet la cécité, ne pas voir, ou pas très bien, le public, le sentir, recevoir ses ondes, s’y baigner, leur répondre. On perd la possibilité de se changer en chimère – peut-être parfois trompeuse, mais grande ambassadrice de rêve partagé.

En Chant’Appart, la relation au public est radicalement différente. Il perd son anonymat. On est si proche. On vient chanter les yeux dans les yeux des spectateurs et spectatrices, on les voit sourire, frémir, pleurer, se gratter la tête, bâiller peut-être. Le visage neutre : est-ce de l’indifférence ? La dame qui se penche un peu en avant : est-ce qu’elle entend mal ? C’est aussi plus difficile de se concentrer, de ne pas être parasité, de laisser la musique et les mots nous habiter alors que le cerveau ne demande qu’à décrypter, analyser ce que la vue lui transmet. Être à la fois dans la chanson et dans l’échange.

Et pour cela, si les responsables de l’association n’avaient pas vu les intéressés en concert, il a fallu envoyer un CD, un dossier, espérer qu’ils seraient remarqués parmi… les centaines que Chant-Sons reçoit chaque année. Attendre la réponse sera aussi difficile pour les artistes que faire un choix pour le comité d’écoute. Ceux et celles qui sont retenus ont plusieurs concerts garantis durant deux années consécutives. Pas de galère cette fois pour remplir la salle. Le public va découvrir de nouveaux artistes et les artistes un nouveau public. En général, celui des Chant’Appart est bienveillant parce que passionné. Tout conquis à la chanson. Ça ne veut pas dire qu’il n’est pas exigeant ! Un vrai défi.

(...)

Marie Volta - Avril 2016

Lire l'article complet dans le n° 2 de la revue L'Impératif  - Juin 2016 - Marie Volta : Alternatif Courant Info site JFE

Photo en-tête : © Christian Gervais Site Chant'Appart

Article 1 © La Petite Marguerite

© Quentin Mathieu

© Quentin Mathieu

Partager cet article

Repost 0